Charte forestière

Dernière mise à jour le 04 Janvier 2016

La charte forestière de territoire du Grand Evreux Agglomération

Un outil pour le développement de la forêt et du bois sur le territoire du GEA

L’élaboration d’une Charte Forestière permet à la collectivité de mener une réflexion pour améliorer la prise en compte des espaces boisés dans les projets qu’elle entreprend. L’objectif est de faire de la forêt et du bois un atout pour l’aménagement et le développement durable du territoire.
Le GEA a bénéficié pour ce projet du soutien de l’Etat et de l’Europe à travers le Fond Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER - voir fiche mesure 341 A en bas de page).
Au niveau national, la Fédération Nationale des Communes Forestières (FNCoFor) est chargée par le Ministère de l’Agriculture d’animer le réseau national des Chartes Forestières de Territoires.

Les forêts sur le territoire du GEA

Des espaces boisés ancrés dans l’histoire du territoire

Les massifs boisés qui composent les paysages de l’Agglomération ont été façonnés par l’histoire du territoire. Les écrits de Pierre Aubert, Ingénieur en Chef des Eaux et Forêts, nous renseignent en détails sur l’histoire des massifs forestiers du territoire du GEA.

Propriété des Ducs de Normandie (911-1204), du domaine royal de France (1204-1651) et des Ducs de Bouillon (1651-1801) avant d’être vendu en de multiples lots à des propriétaires privés, le massif de la forêt d’Evreux doit en effet sa composition actuelle à la gestion pratiquée par l’ensemble de ces propriétaires successifs, aux démembrements intervenus au cours de la première moitié du XXème siècle, aux politiques incitatives menées par l’Etat dans les années 60 pour favoriser le reboisement et enfin à la gestion pratiquée aujourd’hui par les propriétaires forestiers privés et par la Ville d’Evreux pour la partie nord du massif.


Une grande majorité de forêts privées

Couvrant une surface de 8 415 ha, les forêts représentent aujourd’hui près de 30 % du territoire de l’agglomération. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, celles-ci sont détenues pour 90 % d’entre elles par des propriétaires privés. Les 10 % restant sont la propriété de communes et notamment de la Ville d’Evreux qui possède les forêts de la Madeleine et de Saint-Michel ou d’organismes publics comme l’Académie d’Agriculture de France, propriétaires de la forêt du Boulay-Morin.


Des forêts dominées par le Chêne

Les forêts du territoire du GEA sont composées de 82 % d’essences feuillues contre 17 % d’essences résineuses et 1 % de peuplements mixtes c'est-à-dire dans lesquels on retrouve à la fois des essences feuillues et résineuses.
Au sein des forêts du territoire, le Chêne arrive en tête des essences les plus rencontrées. Il compose la majorité des réserves des mélanges de futaie et de taillis et on le retrouve également en futaie. Pour les essences feuillues, on retrouve ensuite le Charme ou encore le Bouleau notamment dans la composition du sous-étage et du taillis.
Quant aux résineux, les conditions climatiques particulièrement sèches font des pins, sylvestre et laricio, les essences résineuses les mieux adaptées et donc les plus représentées. Vient ensuite le douglas, conifère plus exigeant que l’on retrouve dans les secteurs plus favorables.


Une gestion forestière dynamique

Loin d’être laissées à l’abandon, les forêts du territoire sont en grande partie gérées par des forestiers professionnels.
Ainsi les forêts communales de la Madeleine et de Saint-Michel, tout comme la forêt de l’Académie d’agriculture de France, sont gérées par l’Office National des Forêts et disposent d’un document d’aménagement récent qui prévoit les actions de gestion de ces massifs pour une période de 20 ans.
Quant aux forêts privées, elles sont, selon leur surface, dans l’obligation de disposer d’un document de gestion durable et peuvent, pour les petites et moyennes propriétés (entre 4 et 25 ha), établir un document de gestion volontaire. Dans la majorité des cas, les propriétaires forestiers privés font appel à des gestionnaires forestiers professionnels (coopérative forestière, experts forestiers, techniciens forestiers indépendants) afin de les aider dans la gestion quotidienne de leur bois.
Ainsi, au 21 juin 2012, ce sont près des deux tiers de la surface forestière privée qui disposent d’un document de gestion durable.

Les acteurs de la filière bois

La filière forêts bois, de la production du bois à la seconde transformation, représente un nombre d’acteurs important dont la plupart des métiers sont représentés sur le territoire.
A l’amont de la filière bois, le premier maillon regroupe les producteurs de bois, propriétaires des massifs boisés du territoire, viennent ensuite les gestionnaires forestiers qui les accompagnent les producteurs dans la gestion de leur forêt, les entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) intervenant pour la réalisation des travaux (plantations, taille, élagage, …), les exploitants forestiers réalisant les coupes de bois et enfin les transporteurs de bois alimentant les sites de transformation.
A l’aval de la filière, les entreprises de première transformation réceptionnent les bois  brut pour diverses utilisations. Les scieries tranchent, déroulent ou scient les grumes pour mettre sur le marché des produits massifs destinés le plus souvent à une seconde transformation. Les bois peuvent également alimenter les usines de fabrication de pâte à papier, de panneaux ou encore servir à la production d’énergie sous la forme de bûches ou de plaquettes forestières.
Les entreprises de seconde transformation utilisent quant à elles les produits massifs pour la fabrication et la mise en œuvre des éléments de charpente et de structure, des parquets massifs, plinthes et bardages ou encore des huisseries et de l’ameublement.

Des forêts communales adaptées à l’accueil du public

Même si la grande majorité des forêts, privées, reste interdite au public en dehors des chemins publics, les forêts communales de la Ville d’Evreux représentent un véritable espace de détente et de loisirs pour les habitants de l’Agglomération.
Reliés entre eux par la voie verte, les massifs boisés de la Madeleine et de Saint-Michel, facilement accessibles à pied, à vélo, en bus ou en voiture, sont parcourus par de nombreuses allées qui offrent une circulation aisée aux promeneurs sur l’ensemble des massifs.
La forêt de la Madeleine accueille également trois parcours pédestres balisés de longueur variée, un circuit équestre également balisé ainsi qu’un circuit pédagogique dans la partie sud-ouest du massif qui éclaire le promeneur sur le milieu forestier et sur la faune et la flore qui l’habitent.

Un rôle important pour la préservation des paysages et de la biodiversité

Les milieux boisés, par leur présence de part et d’autres des vallées de l’Iton et de l’Eure ainsi que sur une grande partie du plateau au sud d’Evreux structurent les paysages du territoire de l’Agglomération.
Outre leur participation à la qualité du cadre de vie des habitants du territoire, les milieux forestiers sont également d’une grande richesse en termes de biodiversité. Ainsi, des inventaires naturalistes ont permis de classer  1 670 ha de forêts d’après leur grand intérêt biologique ou écologique (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique ou Floristique de type I), des boisements calcicoles participent au site Natura 2000 de la Vallée d’Eure, d’une richesse exceptionnelle sur les plans botanique et entomologique et le bois de Saint-Michel est classé par le Département comme Espace Naturel Sensible tandis que la forêt de la Madeleine abrite une des rares station à Airelle rouge de Normandie.

Les enjeux des espaces boisés et de la filière bois sur le territoire

I. Développer la filière bois locale en dynamisant la gestion des espaces boisés.

II. Concilier le développement de l’Agglomération et la préservation et la valorisation des milieux boisés.

III. Développer les services rendus par la forêt et le bois aux habitants de l’Agglomération.

Le programme d’actions de la Charte Forestière de Territoire du GEA

- Action 1 : Dynamiser la gestion des espaces boisés sur le territoire de l’Agglomération
-  Action 2 :  Augmenter la mobilisation de bois par le renouvellement des peuplements « pauvres »
- Action 3 :  Participer à des projets d’expérimentation
- Action 4 :  Améliorer la prise en comptes des espaces boisés dans l’urbanisation
- Action 5 :  Préserver et reconstituer une trame verte à travers l’Agglomération
- Action 6 :  Améliorer les connaissances et assurer la préservation des milieux naturels
- Action 7 :  Améliorer les conditions de transports de bois
- Action 8 :  Soutenir les entreprises locales de travaux forestiers
- Action 9 :  Développer l’activité des entreprises de première et de seconde transformation
- Action 10 :  Développer l’utilisation du bois dans la construction
- Action 11 :  Analyser la ressource et les besoins en bois énergie bûches et plaquettes
- Action 12 :  Développer l’offre de tourisme et de loisirs auprès des habitants du Grand Evreux Agglomération

 

Le GEA a bénéficié pour la réalisation de ce projet du soutien de l'Etat et de l'Europe à travers le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural.